Pigments et encres des tatouages

publié le 11/04/2014 à 04:35 dans la rubrique Détatouage


Peut-être êtes vous sur le point de vous faire tatouer et vous vous interrogez sur la composition des encres et pigments utlilisés par les tatoueurs...
Vous vous demandez comment votre organisme va réagir à l’intrusion de ce "corps étranger" et quelles peuvent être les conséquences à plus long terme...

Vous seriez sûrement surpris de la gamme d’encres et de pigments (y compris les encres Bio) utilisés par les tatoueurs.
Cet article n’a pas la prétention d’être exhaustif mais donne quelques axes de réflexion sur le tatouage.

Historique

Un retour en arrière s’impose. Autrefois on trouvait des pigments naturels tels que l’indigo, l’alizarine, la garance qui étaient des colorants exploités dans l’industrie du textile.

Utilisés également par les tatoueurs, ces derniers ont pu observer qu’une fois appliqués sous la peau ces colorants ne resistaient pas au temps avec pour conséquence un vieillissement prématuré du tatouage et des couleurs qui s’effaçaient.

Pour éviter ce problème, des encres synthétiques aux compositions chimiques ont vu le jour. La plupart des pigments synthétiques sont à base d’oxyde de fer. Ceci explique la réaction chimique que l’on constate parfois lorsque l’on pratique le détatouage. L’oxyde ferreux se transforme en oxyde ferrique sous l’effet thermique du faisceau laser. Cette réaction chimique entraîne donc, un changement de couleur des pigments.

Actuellement il n’y a pas de véritable réglementation sur les pigments. Les fournisseurs étant nombreux, c’est la porte ouverte aux fabricants peu scrupuleux. Il n’est pas surprenant de trouver des encres à base de laque, d’os d’animaux calcinés, de chrome, de cadmium (pourtant photo-sensibilisant !), de sulfure de mercure etc.

Les différents types d’encre

  • L’encre noire composée d’oxyde de fer, de carbone et quelquefois à base d’encre de Chine est la plus ancienne et la plus utilisée de toutes les encres : les “meilleures” encres noires sont à base de charbon de bois ou du suif, plus stable. L’encre de Chine est encore très utilisée pour la couleur noire. Souvent on constate avec le temps une modification de la couleur du tatouage qui passe du noir au bleu ou devient verdâtre en raison de la présence d’oxyde de cuivre. L’encre noire comporte le moins de risque pour la santé. Elle provoque rarement des allergies et répond relativement bien aux traitements laser pour le détatouage.

  • Le vert contient souvent un oxyde de chrome pour la stabilité. Le chrome n’est pas dénué d’un risque d’allergie qui peut se manifester parfois après plusieurs années.

  • Le jaune et le violet sont photo-sensibilisants car ils contiennent du cadmium. Le curcuma - connu comme épice pour la cuisine - est aussi utilisé dans les encres jaunes. Parfois dans les encres violette, on peut trouver des traces de carbazole issu de l’extraction du goudron. Ces deux couleurs sont réputées plus dangereuses car étant moins visibles elles nécessite de plus grosses quantités sous la peau ce qui augmente les risques de réactions allergiques.

  • Le rouge contenant parfois de l’alazirine ou du rouge de cadmium est responsable d’allergies cutanées. il est courant de trouver également de l’oxyde de fer (rouille) dans la composition de cette couleur.
  • On le voit, se faire tatouer, n’est pas un acte anodin : tout tatouage représente un risque de complications et d’allergies qui peut tout de même être minimisé grâce à la vigilance du tatoueur et de son client.

    Le détatouage au laser

    Le détatouage peut être une solution envisageable en cas d’intolérance à une encre de tatouage sur un terrain allergique. Rappelons qu’en France les lasers de détatouage ne sont utilisables - pour des raisons réglementaires et de sécurité - que par des médecins. Ils sont les seuls à disposer d’une assurance Responsabilité Civile Professionnelle qui couvre les actes lasers.

    Au Centre Laser Sorbonne plus de 10 000 séances de détatouage ont été effectuées depuis 2004.

    Les médecins utilisent désormais le laser Nd:YAG Q Switched - RevLite™ de Cynosure. Ce laser - le successeur du MedLite - agit par effet photomécanique : des impulsions très brèves pulvérisent les pigments du tatouage et rendent ainsi leur élimination possible par l’organisme. Ce laser a l’immense avantage d’être un YAG qui permet de traiter des peaux plus foncées ainsi que certains pigments colorés tout en proposant des séances à un tarif raisonnable.
    Cela dit, il ne faut pas se leurrer : le détatouage reste un traitement de longue haleine qui nécessitera toujours plusieurs séances et dont le résultat final ne peut être - malheureusement - garanti compte tenu de la multiplicité des encres et pigments.

    Pour plus d’informations

    Vous pouvez consulter le lien du Centre Laser Sorbonne :
    Détatouage et Laser

    Sources :
    http://letatouage-pardespremieress.e-monsite.com
    http://www.kustomtattoo.com/en

    Vous avez trouvé cet article intéressant ? Vous souhaitez partager l'information avec vos amis ?
    Faites connaître le Centre Laser Sorbonne sur les réseaux sociaux !


    Facebook